Construction de bibliothèque verte

. L’énergie électrique est le principal poste de consommation dans une bibliothèque car elle est utilisée pour l’éclairage, la technologie informatique, la climatisation et la ventilation. L’éclairage doit pouvoir être piloté selon les besoins : un pilotage de la lumière naturelle peut contribuer au fait que l’éclairage artificiel ne s’ajoute vraiment qu’en cas de besoin : des éclairages pilotés manuellement aux places des usagers économisent l’électricité mais augmentent la facture de remplacement des ampoules. La ventilation et la climatisation doivent contribuer à une atmosphère agréable dans la bibliothèque. Des mesures de protection contre l’ensoleillement limitent le besoin de rafraîchissement de l’air. Des productions de chaleur dues aux appareils électriques et à l’éclairage doivent être minimisées. Une aération par ouverture de fenêtres doit rester possible et les grandes surfaces vitrées sont censées être problématiques mais j’y reviendrai au cours des exemples présentés. L’énergie nécessaire pour le chauffage peut être réduite en abaissant les températures la nuit et le week-end.

Dans le cas d’une réhabilitation, il ne faut pas limiter les coûts nécessaires pour la réfection des façades afin d’arriver à des niveaux acceptables. Dans les bâtiments nouveaux, une séparation climatique des espaces nécessitant des températures différentes peut être envisagée. En ce qui concerne les énergies renouvelables, le rapport préconise que des mesures comme le photovoltaïque, les capteurs solaires, les sondes géothermiques soient intégrées à temps dans la description technique du bâtiment pour éviter les coûts liés à des travaux ultérieurs. Pour protéger les ressources naturelles, les matériaux choisis doivent être envisagés en fonction de leur capacité à être recyclés. Les bois exotiques sont proscrits car il Imprimir: La bibliothèque verte: écologie et durabilité dans la construction des bibliothèques ne proviennent pas d’une économie forestière durable et parce que les systèmes de certification actuels ne sont pas fiables. Les installations qui permettent de transformer l’eau de pluie récupérée en eau utilisable dans le bâtiment doivent être fortement recommandées. Les visions vertes  vont encore au-delà de ce rapport puisqu’elles commencent avec le choix du terrain et l’emplacement de la bibliothèque et prennent, aussi, en compte dans la vie quotidienne de la bibliothèque le choix, par exemple, des produits de nettoyage. Les exemples qui vont suivre datent d’avant les préconisations du rapport. Elles démontrent d’autant plus la tendance en Allemagne vers la bibliothèque verte.