Laboratoire de méthode

Le Laboratoire de méthodes vise à un gain d’autonomie dans les villages, il sera mis en place   afin de mètre au point des projets de développement innovant et très adapté aux conditions présente dans les villages, les méthodes sont élaborés sur la bases d’observations faites sur des expériences réalisés et étudiés sur le terrain.
Ce projet est de MR PRIETO Guillaume (représentant de DY.VO.SO en France).

Le laboratoire est au départ un terrain vierge d’un hectare.

Les Etapes du projet

1ère étapeM.RIETO Guillaume vivra sur ce terrain durant de nombreux mois et y construira son logement selon différentes méthodes artisanales avec des matériaux sélectionné sur les critères de l’écologie et d’un moindre coup financier.

2ème étape
-seront ensuite réalisé sur ces mêmes critères des équipements permettant une autonomie la plus total possible, en voici quelques exemples: système de phytoépuration, toilettes sèche, composteur, récupération et stockage de l‘eau de pluie, fours à bois aux performances optimisé, cuiseur solaire à panneaux, boite thermos, four solaire tipe boite, agriculture et élevage ( apiculture, élevage d’escargots, élevage de crabes, pisciculture, fruiticulture par clones nanifiés, production de spiruline, riziculture par méthode SRI, jardin de plante médicinal)…

3ème étape -
des volontaires, stagiaires et membres de l’association construirons des prototypes de chaque installation et ils les testeront dans les mêmes condition de vie que les villageois, il testeront aussi les méthodes agraires, les points négatifs et positifs seront étudier et exprimé sur des rapports.

4ème étape
- nous chercherons à éveiller la curiosité des villageois sur nos activités. Selon les besoins manifesté par les villageois les réalisations de DY.VO.SO-AFRIK seront apportées à des individus sélectionnés dans les environs. Les bénéfices qu’en tireront les individus sélectionnés seront exprimés sur des rapports et les faiblesses relevées seront au temps que possible remédiés dans notre laboratoire.

5ème étape -les méthodes les mieux maitrisé par  DY.VO.SO-AFRIK seront soumises à une étude sérieuse afin de déterminer un plan de production à plus grande échelle. Des stages seront proposés à des associations, des particuliers et des professionnels afin de réaliser un transfèrent d’expérience.

Plus de réponses

Pourquoi l’objectif d’un gain d’autonomie pour les villageois ?
L’autonomie permet de diminuer la dépendance et permettra dans le même temps aux villageois de réaliser des économies tout en améliorant leurs qualité de vie et de produire eux même tout se dont-ils ont besoins. 

Quels sont concrètement les matériaux naturels que nous voulons utiliser ?
Nous chercherons à utilisé de préférence se qui se trouve dans un rayon très proche, quelques exemples concret: l’argile, le bois rond, les feuilles de palmes, les végétaux tissé, différentes parties de la noix coco ou des matériaux produit dans le village comme un panier tissé, des planches et autre.

y a-t-il un plan d’action pour fournir les villageois qui demanderons à construire un équipement de votre structure chez eux ?
Oui, tout d’abord nous allons repérer et cibler des familles désireuses d’un de nos équipements chez elle. Le sérieux des personnes concerné et leurs besoins réels une fois constaté, nous les ficherons dans nos dossiers et leurs fournirons l’équipement sous condition de nous remplir une fiche de suivi (simplifié à l’aide de symboles pour les illettré) et le versement d’une petite partie des frais de construction (car tout se qui est gratuit est souvent considéré comme sans valeur).

Nous cherchons à faire gagner de l’autonomie au villageois. Par quel moyens va-t-on faire le transfère d’information sur le fonctionnement et la bonne utilisation de nos équipements ?
Un premier travail de proximité va s’opérer au cour du projet du fait que quelqu’un sera toujours présent au laboratoire. En Second lieu des petits évènements seront prochainement organisés dans le village pour toucher un grand nombre de personne et pour finir, le travail au près des familles choisis permettra de vérifier que la bonne appropriation de l’équipement, le suivi à l’aide de fiches simplifié par des symboles (pour rester accessible aux illettrés) permettra de s‘assurer sur le temps que la bonne utilisation du produit est maitrisé par l‘intéressé.

Les équipements seront t’il payé par les intéressés ?
Oui mais sur une petite partie seulement, juste pour qu’ils s’investissent financièrement, cela permet qu’il s’approprie directement le projet, le reste sera payer par l’association DY.VO.SO et ces participants.

Que pensons-nous obtenir comme profit en retour de nos actions ?
Dans un premier temps le profit sera un enrichissement en terme de connaissance et une activité qui pourrai durer même en dehors des principales périodes d’arrivé de volontaires. Dans un second temps, les stages que nous pourrions assurer après avoir acquit une maitrise particulière sur des méthodes encore très peu connu au Togo assurerait à l’association une entré d’argent permettant de développer notre activité jusqu’à avoir les moyens de payer quelques salariés qui assurerait un travail soutenu sur toute l’année.